Terrains de jeu


Ancien terrain de Marens. A l'emplacement du collège secondaire de Nyon-Marens

Ils n'avaient pas même dix-huit ans quand ils se lancèrent dans l'aventure du Stade Nyonnais. Ils, ce sont tout d'abord Pierre Robin, dit le grand Pierre, Oscar Aebi, Edmond Delay et leurs maillots rayés jaune et noir qu'ils adoptèrent dès le début. Et le moins que l'on puisse dire est que leur jeune âge n'impressionna

guère les gens en place et que personne ne se mit en quatre pour leur permettre d'assouvir leur passion du ballon rond.

Leur premier terrain ne fut autre que la cour de l'église catholique nyonnaise, espace bien trop exigu pour répondre à la règlementation naissante. On les retrouva ensuite sur la place Perdtemps, puis à Prangins jusqu'en 1909. Retour à Nyon avec un passage aux Plantaz puis à Perdtemps et sur un terrain


Ancien terrain de Marens

situé en Prélaz, près de la fabrique d'allumettes. Un crochet à la Pointe-du-Jour (Prangins) puis à Eysins, et c'est un nouveau retour sur Perdtemps au début des années vingt.


Place Perdtemps avec le bâtiment de la Bibliothèque communale en arrière-plan

Ce sera ensuite un long va-et-vient entre un terrain sis sur la route d'Eysins, à l'emplacement actuel du collège de Marens et Perdtemps. Il faudra attendre la deuxième partie des années soixante pour qu'on retrouve le Stade Nyonnais sur un terrain

provisoire à la Suettaz, où on joue dans l'attente de l'ouverture, en août 1967, du stade de Marens situé à la Route des Tattes d'Oies. Ce terrain de sport sera le coeur du Stade Nyonnais jusqu'en 1991, année où sera inauguré le superbe Centre sportif de Colovray. Une bien longue route !


Stade de Marens aux Tattes d'Oies

Président du Stade Nyonnais de 1959 à 1971, Gilbert Prodolliet a marqué le club de son empreinte. Comme joueur tout d'abord puisqu'il s'aligna au fil des ans dans toutes les catégories de jeu, puis comme dirigeant puisque sa présidence est la plus longue de l'histoire du club. Il se souvient :

"Plan Wahlen aidant, nous avions dû quitter le terrain de la route d'Eysins durant la deuxième guerre mondiale. Le Stade retrouvait une fois encore Perdtemps où une aire de jeu était tracée parallèlement au lac, les buts se trouvant à proximité de la grande salle et de l'Office du tourisme actuel. Les distractions étant rares pendant le conflit, les curieux étaient nombreux et il fallut entourer le terrain d'une palissade de toile pour limiter le nombre des resquilleurs. Les vestiaires, eux, se trouvaient à l'hôtel des Alpes. A l'époque, on aimait bien le terrain de la route d'Eysins. Son avantage ? Il n'était pas nécessaire d'y tondre le gazon, le travail étant fait par les moutons qu'y faisait paître M. Perrin, le propriétaire du terrain".

Terrains de jeu du Stade Nyonnais

Cours de l'église catholique

1905-1906

Place Perdtemps

1906-1907

Prangins (terrain Rapp)

1907-1909

Plantaz (terrain Bercioux)

1909-1911

Place Perdtemps

1911-1912

En Prélaz (derrière la fabrique d'allumettes)

1912-1913

Le Point-du-Jour (Prangins)

1913-1914

Eysins (terrain Olivier)

1916-1920

Place Perdtemps

1920-1924

Route d'Eysins (Route du Stand actuelle)

1924-1941

Place Perdtemps

1941-1947

Route d'Eysins (Route du Stand actuelle)

1947-1966

Terrain stabilisé de la Suettaz

1966-1967

Parc des sports de Marens

1967-1991

Centre sportif de Colovray

1991-

Prochain match

Préparation (9)
VS
Etoile Carouge
Stade Nyonnais


Samedi 24 février - 15h00

Dernier match

1ère ligue Promotion 17e J.
VS
Stade Nyonnais
BSC Old Boys
2
3

Résumé

Classement

1. Kriens 17 39
2. Stade Nyonnais 17 37
3. Yverdon 17 28
4. Breitenrain 17 28
5. Brühl 17 26
6. Köniz 17 25
7. Sion II 17 25
8. Zürich II 17 24
9. Bäle II 17 23
10. La Chaux-de-Fonds 17 21
11. Stade Lausanne 17 21
12. Cham 17 21
13. Bavois 17 19
14. YF Juventus 17 18
15. Old Boys 17 15
16. United Zürich 17 06
Classement complet