Dimanche (15h à Colovray), le Stade Nyonnais version Anthony Braizat débute le second tour du championnat avec la réception de Köniz. Et le coach des «jaune et noir» mise beaucoup sur un jeu offensif.

par Dominique Montangero – La Côte

Au terme de six semaines d’une préparation menée tambour battant, le Stade Nyonnais, placé à un magnifique troisième rang après dix-sept matches, s’apprête à débuter la seconde partie de la saison de Promotion League. A quelques heures de la réception des Bernois de Köniz, onzièmes, petit tour d’horizon en compagnie d’Anthony Braizat, le nouveau coach des «jaune et noir», qui a succédé à Ricardo Dionisio, parti à Sion durant la trêve.

Anthony Braizat, comment se passe votre arrivée au Stade Nyonais?

Tout se déroule super-bien. Je dispose de très bonnes infrastructures et j’ai été très bien accueilli. L’équipe est jeune et très à l’écoute. Les joueurs boivent mes paroles et cela me change quelque peu de ce que j’ai parfois vécu dans mes précédents clubs.

Quel bilan tirez-vous de la préparation?

Le bilan est très positif. On a réalisé de bons entraînements et les matches de préparation ont permis de voir de très bonnes choses, même si tout ne fut pas parfait. On a mis en place une philosophie claire et les joueurs ont compris ce que j’attendais d’eux, individuellement et collectivement. Nous sommes rentrés lundi d’une semaine de camp d’entraînement qui nous a permis de réaliser un gros travail. On a accumulé beaucoup de fatigue et, cette semaine, il a fallu régénérer les organismes pour arriver frais au match de dimanche. On a aussi eu la chance, malgré quelques petits pépins musculaires provoqués par les terrains synthétiques, d’éviter les blessures graves.

On va pratiquer un football offensif que l’on veut imposer à domicile et à l’extérieur.

ANTHONY BRAIZAT COACH DU STADE NYONNAIS

Êtes-vous satisfait de l’effectif à disposition?

Oui. Le groupe est jeune et possède une grande marge de progression. On veut poursuivre le travail entrepris lors du premier tour et bâtir l’avenir avec ces joueurs qui forment une excellente base.

Quel sera le visage du Stade Nyonnais lors du deuxième tour?

On veut construire depuis derrière, prendre des risques et on va aller presser l’adversaire très haut. On va pratiquer un football offensif que l’on veut imposer à domicile et à l’extérieur.

Comment jugez-vous le calendrier de ce début de second tour?

On va jouer contre des équipes placées derrière nous (ndlr: Köniz (11e), Black Stars (5e), Zurich (13e), YF Juventus (15e) et Breitenrain (9e) et qui vont défendre avec des blocs bas. J’aurais préféré rencontrer des équipes joueuses mais on s’est préparés à ce qui nous attend en donnant un accent particulier aux balles arrêtées qui, face à ces équipes, auront une grande importance.

Le championnat débute dimanche, l’équipe est-elle prête?

Oui, mais pour enlever de la pression, j’ai dit aux joueurs que le premier match est toujours mauvais. Ils doivent savoir que cela sera compliqué et ils doivent accepter de rater des choses. On a fait de belles choses durant la préparation mais, dès dimanche, c’est le terrain qui va parler. Il est clair que l’on veut débuter par une victoire sur notre pelouse.

Quelles sont vos ambitions pour cette deuxième partie de saison?

Le leader Yverdon possède huit points d’avance mais on va chercher à se rapprocher d’eux. On va prendre les matches les uns après les autres et jouer à fond. On est des compétiteurs, on veut gagner tous les matches, mais le plus important est le jeu qui, comme je le dis souvent, est quelque chose de différent de l’enjeu. La progression de l’équipe et des joueurs, individuellement, est aussi un aspect primordial si l’on veut aller de l’avant.

Voulez-vous adresser un message aux supporters du Stade?

J’aimerais qu’ils viennent nombreux pour supporter une équipe jeune, qui a besoin du douzième homme pour poursuivre l’élan qui a été donné en début de saison.