Le Stade Nyonnais se déplace samedi (16h), à Zurich, pour affronter YF Juventus, avant-dernier. Peut-il encore nourrir des ambitions?

par Dominique Montangero – La Côte

Alors que le Stade Nyonnais vient de s’incliner face à Stade Lausanne (1-4) et accumule les défaites – cinq lors des six derniers matches -, une question est sur toutes les lèvres des supporters. Peut-on encore croire à une promotion ou la saison est-elle, d’ores et déjà, terminée?

«C’est totalement jouable. Je suis hyperconfiant et on ne doit pas dramatiser, martèle Stéphane Guex. Si on gagne les quatre matches avant la trêve on est dans la course. On reste en embuscade.» Par son discours, l’entraîneur-assistant du Stade veut générer de l’optimisme et il a raison. Tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir, se convainc-t-il, rappelant, au passage, que le football n’est pas une science exacte.

Dix-sept rencontres sont encore au programme et 51 points en jeu. En réalisant un sans-faute, le Stade peut terminer avec 73 points. Un total qu’aucune équipe promue en Challenge League n’a atteint – Kriens (69 points), Rapperswil (62 points), Servette (66 points) et Neuchâtel Xamax (70 points) – depuis la création de la Promotion League, en 2014.

MISSION IMPOSSIBLE?

Pour atteindre l’objectif, il faudra aussi que les formations qui précèdent le Stade connaissent un coup de mou. Leader aux ambitions déclarées, Stade Lausanne, c’est certain, se renforcera s’il conserve, à la trêve, son avance de neuf points. Deuxièmes à cinq longueurs, les Sédunois de Sébastien Bichard ne peuvent pas accéder à la Challenge League mais pour Yverdon, lui aussi ambitieux, un retard de sept unités, seulement, lui donne des ailes après avoir perdu six points sur tapis vert. «Il ne fallait surtout pas perdre face à Stade Lausanne, relève Gus Osterman, «historique» du club nyonnais. Ça devient très compliqué mais, il y a deux ans, Kriens s’est effondré au second tour.»

Oui mais, une statistique plaide en défaveur des Nyonnais. Jamais un promu n’a présenté, après treize journées, un si pâle bilan. Avec 22 points, ils ont récolté cinq points de moins que Rapperswil et Servette, sept de moins que Kriens et Neuchâtel Xamax. Pour conclure, rappelons que la saison dernière, à ce stade de la compétition, les «jaune et noir» occupaient le fauteuil de leader avec 30 points. Un total qui n’a pas suffi à assurer leur bonheur.

Privé de Tall et Zambrella (blessés) ainsi que de Mobulu (suspendu), le Stade se rend à Zurich avec une seule idée en tête. «Il faut un déclic et une victoire», assène Stéphane Guex.