Pour la troisième fois en trois saisons, les Nyonnais ont été battus 1-0 aux Peupliers, samedi. Plus grave, le Stade n’avance plus, et compte désormais cinq points de retard sur le leader Stade-Lausanne-Ouchy.

Bekim Uka avait bien tenté de prévenir. Durant la semaine, l’entraîneur bavoisan a rappelé que les mois d’hiver approchaient et que la qualité de la pelouse des Peupliers commençait à souffrir. Derrière ses paroles, un peu de vrai, mais beaucoup d’intox. Une façon comme une autre de mettre la pression sur le Stade Nyonnais, en lui remémorant le souvenir de ses deux derniers voyages à Bavois (deux défaites 1-0, à chaque fois sur un terrain à la limite du praticable).

Samedi, à l’occasion de l’acte III, la pelouse nord-vaudoise était pourtant dans un état tout à fait acceptable. Ce qui n’avait pas changé? L’attitude des locaux, toujours exemplaire lorsqu’il est question de jouer un mauvais tour au voisin nyonnais.«On ne peut pas dire qu’on ne savait pas à quoi s’attendre, a grincé l’attaquant de soutien stadiste Hugo Fargues. On a eu droit au coup classique avec Bavois, et on s’est encore fait avoir.» Il serait cependant faux de mettre ce derby dans la même case que les deux derniers joués aux Peupliers.

LE STADE N’AVANCE PLUS

Car cette fois, Nyon ne peut pas se sentir volé. Un 0-0 aurait constitué un résultat plus équitable? Peut-être. Reste que l’équipe qui a poussé dans les dernières minutes se nommait bien Bavois. Et si elle en a été récompensée (Miljan Dangubic s’est fait l’auteur d’un joli numéro personnel pour inscrire le seul but du match à la 94e), ce n’est pas un hasard.

La réalité actuelle, c’est que les hommes de John Dragani vivent une passe compliquée depuis leur formidable exploit contre GC en Coupe de Suisse. Nyon n’a engrangé que trois petits points sur les douze en jeu. Bien loin de son rythme effréné du début d’exercice.

«Et pourtant, à l’entraînement, j’ai le sentiment que rien n’a changé. On est la même équipe, l’ambiance de travail est toujours positive, mais on fait face à une situation difficile en compétition», a reconnu Hugo Fargues. En attendant, Stade-Lausanne-Ouchy a déjà pris cinq longueurs d’avance en tête du classement. Autant dire que le choc au sommet dans deux semaines risque d’être un tournant dans cette saison passionnante.

Florian Vaney

BAVOIS – STADE NYONNAIS 1-0 (0-0)

But: 94e Dangubic 1-0.

Bavois: Enrico; Kurtic, Zali, Bühler, Dangubic; Beynié, Alic, Lo Vacco (96e Ifaso); Alvarez (88e Djalo), Pimenta (55e Gauthier), Martins (60e Lenzini).

Entraîneur: Bekim Uka.

Nyon: Mutombo; Di Gregorio, Hebib, Guzel, Titie (83e Bryand); Delley (61e Ndiaye), Stevanovic, Zambrella (76e Guyon), Dessarzin; Fargues, Chentouf.

Entraîneur: John Dragani.

Notes: Terrain des Peupliers, 250 spectateurs. Arbitrage d’Yves Dégallier, qui avertit Zali (28e, jeu dur), Alic (31e, jeu dur), Dessarzin (35e, jeu dur), Lo Vacco (60e, jeu dur), Chentouf (79e, jeu dur), Kurtic (80e, antisportivité), Mutombo (94e, antisportivité).