Les Vieux du Stade ont passé le premier tour de la Coupe Vaudois en disposant d’Etoile-Broye sur le score de 2 à 1.

Avec un effectif réduit, les 40+ de Stade Nyonnais se rendaient du côté de Moudon et son bucolique Terrain des Vignes. On n’est pas à Wembley, mais ça fera le job.

Dès les premières minutes de jeu, les visiteurs retiraient l’enseignement suivant: ça ne sera pas une partie de plaisir. Bousculés dans les duels, les Stadistes peinaient à contenir la pression Moudonnoise, mais le chat De Masi parvenait à garder sa cage inviolée. Les hommes de Gambellin pouvaient s’appuyer sur les qualités techniques de Yassine et Fabio, gracieusement mis à disposition par les 30+, qui amenaient un peu de sérénité dans l’entre-jeu Jaune et Noir.

Monsieur “Un-but-par-match” fait le boulot

Dominés, les Stadistes comptaient sur la vista de leur monsieur “un-but-par-match” pour faire la différence. Sur un corner botté par Ferrara, l’attaquant providentiel dévia du cuir chevelu le ballon pour ouvrir le score pour ses couleurs. Joli sacrifice de Perroch’ qui n’a pas hésité une seule seconde à donner de sa personne sachant qu’il se ferait renverser au passage par une locomotive arrivant en gare, le gardien adverse en l’occurrence (24e). 0-1. L’ex-Pranginois avait l’occasion de mettre un pion de plus dans sa besace en étant désigné en tant que tireur de penalty. Mais “un-but-par-match”, ça sonne quand même mieux que “un-virgule-trois-buts-par-match” et il botta le cuir en sortie de but.

En seconde mi-temps, les Nyonnais continuaient sur la même lancée qu’en première temps. À savoir, ils subissaient la pression adverse et procédaient par petites banderilles en tentant de mettre de la vitesse sur les côtés. Sur un renvoi adverse, les visiteurs interceptaient, Fabio héritait du ballon et trompait proprement le portier pour donner un peu d’air à son équipe. 2-0.

Un coach solidaire avec ses joueurs

Coach Gambellin faisait son apparition à 15 minutes du terme. Dans la foulée, les Stadistes obtenaient un second penalty et le nouvel entrant prenait ses responsabilités. Avec bienveillance et solidarité et pour préserver un peu de suspens dans cette rencontre, il pris la décision qui s’imposait et envoyait le ballon sur la transversale.

À deux minutes du terme de la rencontre, les locaux réduisaient le score, histoire de pimenter un peu la fin de match. Le mauvais souvenir de la rencontre précédente hantaient les esprits nyonnais. Pour mémoire, ils avaient encaissé l’égalisation dans le temps additionnel. Heureusement les semaines se suivent, mais ne se ressemblent pas forcément. L’arbitre libérait les deux équipes et les pensionnaires de Colovray pouvaient lever les bras au ciel.

Mention spéciale à notre gardien qui a fait un grand match et qui doit sûrement en payer le prix aujourd’hui.