Samedi, le Stade Nyonnais, admirable et inarrêtable, a dû attendre la 2e mi-temps pour infliger une sévère fessée à un FC Brühl qui ne s’attendait pas à pareille correction (5-1).

Samedi, sur ses terres, la jeune troupe du Stade Nyonnais, chaude comme la braise, a finalement mis le feu à l’ambitieux Brühl. Parfois malheureuse à la conclusion sur sa pléiade d’occasions, elle a su se montrer patiente pour cueillir, avec panache, un spectaculaire succès (5-1).

Sur une bonne dynamique, les Nyonnais ont montré d’entrée de quel bois ils se chauffaient. Avec un incessant pressing, ils ont étouffé des Saint-Gallois surpris par tant d’audace. Cette détermination débouchait sur une multitude de possibilités de faire la décision et évacuer tout suspens. Mais Qarri (10e) et Bega (12e/14e) manquaient de promptitude.

Les plus belles chances de trouver le chemin des filets portaient le nom de Vieira, le vif-argent, atrocement poissard à la conclusion. Ses frappes échouaient pour quelques centimètres (15e/21e) avant de perdre son duel avec le portier Lazraj (27e). Les visiteurs, au plus mal, profitaient d’un moment de répit pour mettre le nez à la fenêtre, sans toutefois inquiéter un Brenet attentif (29e/32e). Juste avant la pause, Bega, trop désinvolte, ratait encore l’ouverture du score (45e).

Les Nyonnais en démonstration

Dès le retour des vestiaires, les «jaune et noir», toujours animés d’une folle envie, pouvaient enfin lever les bras au ciel. Qarri se faisait l’auteur d’un magique exploit technique pour débloquer le compteur (47e). A la suite d’une véritable partie de billard, Vieira manquait l’opportunité de doubler la mise (52e). Brühl, équipe joueuse et nullement défensive, profitait de quelques inattentions défensives pour sérieusement menacer Brenet (69e et 70e). Mais Nyon avait encore des ressources et des inspirations.

Sur un caviar de Gollay, monté à l’abordage, Gomes faisait parler la qualité de son pied gauche (73e). Nyon, qui pensait avoir plié l’affaire, se faisait surprendre sur un contre, aisément conclu par Riedle (75e). La réaction des hôtes fut cinglante. Nsiala, auteur d’une entrée tonitruante, se montrait irrésistible. Sur une de ses percussions, le ballon, repoussé par le gardien, finissait dans les pieds d’un Escorza plein de sang-froid (78e). Les Saint-Gallois, se ruaient sans bonheur à l’attaque, en laissant des espaces exploités à merveille par des hôtes insatiables. Da Silva, remarquablement démarqué par Qarri, ne ratait pas pareille aubaine (86e). Dans le temps additionnel, Nsiala posait la cerise sur le gâteau en salant la facture avec brio.

Ricardo Dionisio a salué la prestation des siens: «On a joué le match parfait, même si on aurait dû faire la différence beaucoup plus tôt. Je constate avec satisfaction, que j’ai la chance de posséder vingt joueurs compétitifs. Cette saine concurrence va nous permettre d’encore grandir et progresser».

Stade Nyonnais – SC Brühl 5-1 (0-0)
Buts: 47e Qarri 1-0, 73e Gomes 0-2, 75e Riedle 2-1, 78e Escorza 3-1, 86e Da Silva 4-1, 95e Nsiala 5-1.
Nyon: Brenet; Londono, Bamba, Golay, Titie (76e Rugovaj); Stevanovic, Guyon, Bega (66e Escorza); Qarri, Vieira (62 Nsiala), Gomes (74e Da Silva). Entraîneur: Ricardo Dionisio.
Brühl: Lazraj; Kucani, Araujo, Izmirlioglu, Schällibaum (82e Anic); Holenstein, Salija, Riedle (84e Shala); Huber (68e Sutter), Abegglen, Pizzi (56e Eberle). Entraîneur: Heris Stefanachi.
Notes: centre sportif de Colovray, Nyon, 200 spectateurs. Arbitres: Hürlimann, Sönmez, Weber.