Mercredi, sur sa pelouse, le Stade Nyonnais, étonnant de maturité et en infériorité numérique, s’est imposé (2-1) face à Rapperswil. Il se hisse dans le top 4 du classement.

Sur un nuage, le Stade Nyonnais a poursuivi sa belle série, obtenant de façon mille fois méritée, une quatrième victoire de rang. Face à Rapperswil, relégué de Challenge League, les «jaune et noir» ont fait fort.

Dès l’entame de match, les Saint-Gallois montraient la couleur. Ils n’étaient pas venus à Nyon pour faire de la dentelle. Une défense à quatre, une ligne de cinq et un attaquant esseulé. L’entraîneur Da Silva, cheveux longs et idées courtes, avait un plan d’une diabolique simplicité. Défendre à dix dans les vingt-cinq derniers mètres, laisser la possession du ballon aux Nyonnais et profiter du moindre contre. Un plan qui a fonctionné une mi-temps durant laquelle les hôtes se sont cassé les dents sur le bunker saint-gallois.  En totale maîtrise, ils ont acculé Rapperswil sans parvenir à faire sauter le verrou.

Et, coup de tonnerre dans le ciel de Colovray, la 40e minute donnait raison aux «convictions tactiques» du stratège de Rapperswil. Un coup franc excentré, une défense locale inattentive et un but qui fait très mal.

Coaching gagnant

Après la pause, le Stade réagissait rapidement. Sur corner, Kadima devançait la sortie du portier Yanz et égalisait (51e). Justice était faite et on pensait que les pensionnaires de Colovray allaient passer l’épaule. L’expulsion de Titié pour un tacle appuyé allait modifier le scénario (72e).

Rapperswil pensait, à tort, que cette supériorité numérique suffirait pour s’imposer. Grossière erreur. Ricardo Dionisio, le coach du Stade, procédait à trois changements décisifs et surtout, les visiteurs oubliaient que les Nyonnais ont du cœur et une condition physique supérieure aux autres équipes.

Une victoire acquise avec brio

A peine entré, Rugovaj mettait le feu sur le côté et donnait le ton (74e). Da Silva écrasait sa frappe (76e) mais le meilleur était à venir. Sur une action d’école, les nouveaux entrés offraient la victoire au Stade. Stevanovic lançait Rugovaj qui centrait pour la tête victorieuse de Da Silva (85e). Le Stade l’emportait avec brio et les Saint-Gallois disposaient de trois heures de car pour méditer sur les vertus de leur football primaire.

«C’est génial, lâchait Ricardo Dionisio. Un événement négatif, l’expulsion, nous a permis d’avoir plus d’espaces et inscrire notre second but. Ce soir (ndlr: mercredi), c’est la victoire de l’envie et de la condition physique.»

STADE NYONNAIS – RAPPERSWIL 2-1 (0-1)  
Buts: 40e Gele 0-1, 51e Kadima 1-1, 85e Da Silva 2-1.
Stade Nyonnais: Brenet; Londono, Kadima, Baron, Titié; Hysenaj, Bamba, Guyon (73e Stevanovic), Qarri (62e Da Silva); Bega (73e Rugovaj); Nsiala (78e Vieira).
Entraîneur: Ricardo Dionisio.
Rapperswil: Yanz; Stettler, Kllokoqi, Markaj, Gütensperger; Ciftci, Rohrbach, Herter (87e Hebib), Seferi (63e Kubli), Brunner (75e Gomes); Gele (83e Amendola). 
Entraîneur: Pedro Da Silva
Notes: Colovray, 120 spectateurs. Arbitres: Rosset, Dos Santos, Muller. Avertissements: Kllokoqi, Bamba, Stettler, Markaj. Expulsion: 72e Titié (jeu dur). Stade Nyonnais privé de Grossieder, Escorza, Pédat (blessés).