Mercredi soir, en déplacement chez l’impressionnant favori Malley, Stade Nyonnais II, largement dominé et sérieusement bousculé, a pu compter sur un Moinon en état de grâce pour miraculeusement éviter la défaite (1-1).

A la suite d’un match intense et de qualité, le verdict finale est flatteur et inespéré pour un Nyon II archidominé qui a réussi le hold-up parfait, mercredi soir à Malley (1-1). Entre ces deux équipes ambitieuses, l’affrontement d’un excellent niveau technique a rapidement tourné à l’avantage de Lausannois aux énormes arguments.

Nbengami, qui a illuminé la soirée par son talent et sa vitesse, voyait sa chevauchée coupablement coupée dans la surface par Reis. Il voulait se faire justice lui-même mais butait sur un Moinon qui entamait avec brio son festival (13e). Nyon, à la peine défensivement, était assisté par Dame Chance lorsque l’intenable Nbengami, encore lui, semait la terreur et voyait sa frappe finir sa course sur la transversale (27e).

Les visiteurs, sous le joug lausannois, s’offraient leur seule opportunité que Smajli galvaudait maladroitement (34e). Malley, toujours supérieur, ne lâchait pas son emprise, mais Moinon mettait son veto avec classe, notamment à la 43e minute face à Baudat, et surtout à quelques secondes de la pause, par un arrêt du pied sur un essai de Da Luz.

Nyon plie mais ne rompt pas

Dès le retour des vestiaires, la foudre s’abattait sur les têtes lausannoises lorsque le coup franc d’Haidra, à la surprise générale, finissait dans le petit filet (0-1, 47e). Ce coup du sort inattendu décuplait les forces de Malley qui échouait éternellement sur un gardien euphorique (54e/56e). L’égalisation tombait cependant comme un fruit mûr à la 58e minute: après une véritable partie de ping-pong, Moinon, en dépit de trois parades successives, était battu de près par Baudat.

Dans une fin de match animée, Nyon, avec beaucoup d’abnégation, allait plier sans rompre, malgré les accélérations spectaculaires de ce diable de Nbengami (64e/70e/78e). Mais c’était la soirée de Moinon, héroïque et principal artisan du flatteur verdict final.

Le coach nyonnais Yannick Tachet était conscient d’avoir échappé de peu à la guillotine: «Ce soir (ndlr: mercredi soir), face à une très forte opposition, on a eu la chance qui nous a manqués samedi dernier sur ce même terrain face à Concordia. On a su se battre, faire le dos rond et compter sur un exceptionnel dernier rempart.»

MALLEY – STADE NYONNAIS II 1-1 (0-0)
Buts: 47e Haidra 0-1, 58e Baudat 1-1.
Malley: Guarino; Dizi, Nguyen, Diallo; Cibran (72e Joao), Kone, Makonda (66e Kilic), Guignet, Baudat (91e Niang); Da Luz (82e Nelson), NBengami. Entraîneur: Toumi Trabelsi.
Stade Nyonnais II: Moinon; Ramadani, Reis, Olaniyi, Watt; A. Mangone (81e E. Mangone), Koutangni (72e Londono), Cocaj, Azizhodjaev (46e Primo); Haidra, Smajli. Entraîneur: Yannick Tachet.
Notes: Tuillière, Lausanne. 100 spectateurs. Expulsion: 90e Diallo (2 avertissements).