Samedi à 15h, sur sa pelouse de Colovray, le Stade Nyonnais joue gros face au leader, Stade Lausanne et son buteur, l’ancien Nyonnais Roland Ndongo.

Samedi, à l’occasion du «derby des Stade», Roland Ndongo sera de retour à Colovray. Une pelouse sur laquelle il a joué au cours de la saison 2015-2016 et où personne n’a oublié ses dribbles, ses envolées et ses buts. «Je garde d’excellents souvenirs de cette saison à Nyon. J’avais une bonne entente avec le coach (ndlr: Sébastien Bichard) qui me faisait confiance. Il a fait de moi un titulaire et nous avions terminé sixièmes», se souvient l’ancien numéro sept du Stade qui avait inscrit huit goals durant cette saison.

Contacté par Servette, il a quitté les «jaune et noir» mais ne s’est pas imposé chez les Grenats, en Challenge League. «J’avais un contrat pro et m’entraînais avec la première équipe. Au début, j’ai joué avec les M21, en 2e ligue inter. J’ai fait les efforts pour gagner la confiance du coach, Anthony Braizat mais il a été limogé et remplacé par Kodro. Il est arrivé avec ses joueurs et ne m’a jamais donné ma chance», explique le Rollois qui, malgré la déception, reconnaît avoir progressé à Genève où il a inscrit huit buts en 2e ligue inter.

AMBITIONS LAUSANNOISES

Grand voyageur – à vingt-quatre ans, le Camerounais d’origine a évolué avec le Team Vaud, à Sion, au Rayo Vallecano, à Evian Thonon Gaillard -, il a rejoint, il y a un an, le Stade Lausanne, néopromu en Promotion League. «Je voulais retrouver un club dans lequel je pourrais rejouer régulièrement. Il était important pour moi d’enchaîner des matches. Stade Lausanne pratique un jeu qui convient parfaitement à mes qualités et cela s’est très bien passé», révèle le buteur lausannois qui a inscrit huit buts et délivré une dizaine de passes décisives chez les «rouge et blanc».

On est sûr de nos forces et on n’a pas de quoi douter ROLAND NDONGO ATTAQUANT DU STADE LAUSANNE Convaincu par l’ambitieux projet proposé par le nouveau président, Resul Sahingöz, il a rempilé pour une seconde saison du côté de Vidy. Bien lui en a pris car, depuis quelques semaines, les rôles se sont totalement inversés dans le haut du tableau de Promotion League.

UN STADE CALE, L’AUTRE MET LE TURBO

Auteur d’un début de saison tonitruant – 19 points lors des 7 premières rencontres -, le Stade Nyonnais a, depuis sa victoire en Coupe de Suisse contre GC, complètement calé, n’engrangeant que 3 points lors des 5 derniers matches.

Tout le contraire des Lausannois qui carburent au super et ont, depuis, pris leurs distances avec les protégés de John Dragani. «Je pensais que les deux équipes seraient proches mais avoir six points d’avance me surprend un peu», déclare Roland Ndongo, qui a déjà fait trembler les filets à six reprises.

Si ce derby prometteur sera, pour le numéro vingt-quatre du Stade Lausanne, l’occasion de retrouver Colovray, il ne sera pas le seul dans ce cas. Les Lausannois comptent dans leurs rangs Tavares, Guedes, Rushenguziminega et Gaillard qui ont, tous les quatre, porté le maillot «jaune et noir». Côté nyonnais, Laurent Gasser, le préparateur physique a fait, lui, le chemin inverse. Durant l’été, il a quitté, Vidy pour Colovray.

«Pour moi qui suis du coin, ce derby aura une saveur particulière. Ce sera un joli match et la différence se fera dans les zones de vérité. On est sûr de nos forces et on n’a pas de quoi douter», glisse Roland Ndongo.

3 questions à… Hugo Fargues, attaquant du Stade Nyonnais

La série noire que traverse actuellement le Stade Nyonnais – trois points marqués lors des cinq derniers matches – est-elle explicable?

On ne sait pas trop. Même nous, les joueurs, nous cherchons des solutions. Je pense que la victoire contre Grasshopper (nldr: 3-1 le 16 septembre dernier en 16es de finale de Coupe de Suisse) nous a fait mal et que le problème est dans nos têtes. Nous nous sommes vus trop beaux et chacun a peut-être un peu moins fait les efforts nécessaires.

Du côté du vestiaire, comment vit-on cette phase difficile?

Entre nous, cela se passe bien. Il n’y a pas de tensions. On se dit que ce n’est pas normal, que c’est clairement décevant par rapport aux ambitions et qu’avec le contingent à disposition, nous devons faire mieux. Nous ne pensions pas que cette mauvaise série durerait aussi longtemps et nous savons qu’il ne faut pas se chercher des excuses. Nous devons réagir.

Ce derby, samedi, face à Stade Lausanne, s’annonce d’ores et déjà capital pour la suite de la saison. Comment allez-vous l’aborder?

Nous sommes conscients que nous sommes chanceux. Tout s’est resserré et, en s’imposant face à Stade Lausanne, nous pouvons revenir à trois points. Nous n’avons pas le choix. Il faut retrouver un bon état d’esprit et s’imposer. Face à cette équipe lausannoise, très forte offensivement, seule la victoire sera importante, quitte à jouer moins bien. Peu importe la manière.

par Dominique Montangero – La Côte